Ekow au Sénégal

 

Ekow, en partenariat avec Ois'eau  se rend à Dakar, au Sénégal pour réaliser 3 chantiers : 

 

- Dakar : Formation et aménagement à l'école primaire Mamour Diakhaté

  quartier de la Medina Nettoyage et plantation autour de la mairie

 

- Linguere Réaménagement des espaces verts et amélioration du cadre de vie de l'école

Echange avec des femmes maraîchères

 

- Labgar - Widou Découverte de la maison mère de la Grande muraille verte (GMV)

Plantation sur le site de la GMV

 

 

Notre mission débute dans une école primaire de la Medina, l'un des quartier populaires de la capitale où nous faisons connaissance avec nos stagiaires. Quarante participants se prêtent volontaires à l'apprentissage des techniques d''engazonnement,  de plantation d'espèces locales, de taille, de création de massifs et d'entretien. De milieux et de vocations différentes, certains sont étudiants en droit, d'autres, des anciens élèves de l'école et maintenant parents d'élèves, sont désireux d'améliorer le cadre de vie de leurs enfants. Ils nous expliqueront même devoir se cotiser pour payer une femme chargée de l'entretien des toilettes, une fois par mois.

 

En arrivant nous découvrons 4 bâtiment en parpaing disposés autour d'une cour centrale sableuse, parsemée de déchets, dont les quelques rares arbres sont taillés à la machette. Les massifs sont délaissés.

 

Nous travaillons durant une semaine, en classe le matin et sur le terrain jusqu'à 14 h, heure à laquelle le soleil brulant nous pousse à rentrer.

 

Après une formation théorique et la sensibilisation sur des déchets, l'eau, l'arbre et la biodiversité (2h30 par jour) nous poursuivons la journée par la pratique:

 

Notre première action est de nettoyer la zone et de faire une tas de déchets plastiques et un tas de déchets destiné au composte.

Nous passons un partenariat avec la Mairie pour assurer le suivi de notre projet et nous rencontrons le lieutenant Mattar, des Eaux et Forêts, chargé de la pépinière au Parc de Hann  à Dakar. Le lieutenant met à disposition des plants d'arbres d'ornements et fruitiers, gratuitement. Nous plantons des Cordias, des Lauriers roses, des Nimes, de la Pomme-cannelle, un Cocotier, et divers arbustes.

En collaboration avec la mairie, nous nous attaquons à un nouveau chantier : les abords de la mairie. Nous ramassons des cartouches d'encres, des piles, des déchets qui n'ont rien à faire devant un bâtiment administratifs.

 

Le problème au Sénégal et à Dakar en particulier, nous confiera plus tard un jeune volontaire, c'est que la ville s'est construite trop vite, sans plan de gestion, pour répondre à l'exode rurale. A Dakar, il n'y a pas d'arbres et les rues sont sales mais cela ne semble déranger personne.

Un Dakaroi nous livrera même : " Vous trouvez vraiment qu'il y  beaucoup de déchets? "

L'autre véritable problème est le suivi des projets. Des projets, la capitale n'en manque pas en effet, mais les pérenniser est une autre paire de manche. A cela, l'association Ois'eau (que vous pouvez rejoindre sur Facebook) a décidé de répondre en revenant tous les ans faire le bilan des actions mises en place.

 

Notre mission achevée, nous quittons Dakar en ayant fait de merveilleuses rencontres, déjà, des souvenirs plein la tête. Nous continuons notre route vers Linguère, enclavé dans les terres, pour entamer notre deuxième chantier, dans une école à nouveau. Nous pouvons nous en rendre compte, l'école a déjà fait l'objet de plantations, mais le bétail, présent aussi bien dans les rues que dans les habitats, à eu raison des jeunes pousses.

Depuis une clôture en parpaing a été élevée, mais le portail reste ouvert. Nous plantons des arbres le long des classes, 15 arbres fruitiers, Manguiers, Pomme-cannelle, Citronnier, Goyavier ; labourons 100 m2 de terre destinée à devenir le futur potager de l'école.

Nous accueillons un groupe de femmes maraîchères qui nous invite à visiter leur potager. Nous apprenons à mieux les connaître, et leurs donnons des graines de tomates, de melons, de concombres, d'aubergines, de carottes, de radis, d'oignons, etc...

Avant de partir, nous nous assurons qu'un gardien sera employé à surveiller et à protéger l'enceinte de l'école du bétail.

 

Notre troisième et dernière étape au Sénégal sera la Grande Muraille Verte. Nous quittons Linguère en 4x4, des planches en bois en travers du plancher, nous sommes 30 à y tenir et une chèvre bêle sous nos pieds, coincée entre les bagages. Quatre-vingts kilomètres et quatre heures de pistes plus tard, nous sommes accueilli à Labgar où nous passons la nuit avant de rejoindre Widou, le lendemain , la maison mère de la GMV.

Nous vous laissons visionner la vidéo que nous avons réalisé à propos de la GMV, pour en découvrir d'avantage. Vous pourrez aussi avoir accès à celle réalisée à Dakar et Linguère qui résume notre périple. Profitez bien des images !

 

 

 

Vidéo GMV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Google bookmarkTwitterFacebook