Pourquoi les projets de captage de CO2 ont été abandonnés en Europe

L'Europe semble avoir perdu l'un des moyens les plus prometteurs à sa disposition pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Tous les projets de captage et de stockage du dioxyde de carbone (CSC) qui étaient en lice fin 2012 pour obtenir des financements européens ont été abandonnés.

Cette décision fait suite à l'annonce-surprise d'ArcelorMittal de retirer le projet Ulcos sur le site sidérurgique de Florange, en Moselle, "à cause de difficultés techniques". Ce programme devait permettre de capter le CO2 lors de la production d'acier par les hauts-fourneaux, puis de le transporter et le stocker dans des aquifères salins à 100 km environ au sud de Verdun.

De la sorte, la "filière chaude" du site aurait pu regagner en compétitivité grâce à d'importantes économies réalisées sur le coût des quotas de CO2 que doivent acheter les industries pour compenser leurs émissions. Le projet devait être financé par les industriels partenaires, l'Etat français (à hauteur de 150 millions d'euros) et l'Union européenne (240 millions).

 

HUIT PROJETS EN LICE

Ces systèmes de captage et de stockage du CO2, encore au stade expérimental, faisaient partie des pistes privilégiées pour limiter l'effet de serre. En 2005, le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) concluait en effet dans un rapport spécial que 30 % à 40 % des émissions de CO2 de l'industrie pourraient être épargnées de la sorte à l'atmosphère en quelques décennies.

La Commission européenne a alors lancé en 2010 le programme NER 300 (New Entrants Reserve) pour financer des projets innovants dans les domaines du CSC et des énergies renouvelables. Ce dispositif prévoit que l'Europe apporte près de 50 % du coût prévu des projets retenus, grâce à la vente sur le marché du carbone de 300 millions de quotas d'émissions de CO2.

En juillet, huit projets, dont Ulcos, ont été pré-sélectionnés par l'Europe : un en Pologne, un aux Pays-Bas, un en Italie et quatre au Royaume Uni. Avec un même objectif : capter le CO2 des centrales à combustibles fossiles et des installations industrielles au moyen de plusieurs techniques avant, pendant ou après la combustion. Il est ensuite épuré et séché, puis injecté de façon permanente dans des roches souterraines profondes.

 

DÉGRINGOLADE DES PRIX DU CARBONE

Le prix du carbone sur les marchés est passé de 15 euros la tonne en 2010 à 6,5 euros fin 2012. Conséquence : la Commission européenne ne table plus que sur 1,3 à 1,5 milliard d'euros pour la vente d'une première tranche de 200 millions de quotas, au lieu de 5 milliards à l'origine. Elle pourra au final cofinancer seulement les deux ou trois premiers projets retenus, et non l'ensemble de ceux pré-sélectionnés.

 

RISQUES TECHNOLOGIQUES

Aujourd'hui, les systèmes de CSC en expérimentation dans l'Union ne sont en effet pas encore parvenus à maîtriser les risques liés au stockage du CO2, gaz corrosif et toxique. Le 20 novembre, une étude de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques mettait notamment en évidence la possible "remobilisation de métaux lourds en sous-sol" (arsenic, plomb, zinc, cuivre, uranium...), qui "pourrait présenter un risque pour la santé et l'environnement". Des verrous qui rendent malaisée la mise en service des projets en 2015, comme le demande la Commission.

 

PROBLÈMES DE FINANCEMENT

Mais surtout, le principal problème de cette technologie réside dans son financement, extrêmement coûteux. "Il faut compter 1 milliard de dollars d'investissement pour le captage et plusieurs centaines de millions pour le stockage, en fonction du nombre de puits, assure Hervé Quinquis, chargé des technologies de captage-stockage du CO2 à l'Institut français du pétrole.Par la suite, pour les centrales électriques au charbon, les industriels doivent prévoir un surcoût de 40 % à 60 % du prix du mégawattheure."

"Sans véritable mesure incitative de la part des Etats, comme un prix d'achat minimum de l'électricité produite, les procédés de CSC n'auront pas de sens économiquement pour les industriels", poursuit l'expert. 

La situation risque de perdurer alors que la Commission européenne a repoussé le gel provisoire de 900 millions de crédits carbone – sur les 8,5 milliards qui doivent être mis aux enchères entre 2013 et 2020 – une mesure qui aurait permis au cours du carbone de remonter.

 

Le Monde Planète

Google bookmarkTwitterFacebook